Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Certains guettent le Beaujolais Nouveau, le dernier playback de Britney Spears ou encore un mot de plus de quatre lettres venant de Paris Hilton (en vain), moi c’est le dernier livre de Patrick Cauvin (et Eric-Emmanuel Schmitt)

J’ai d’ailleurs, ici-même, critiqué un grand nombre de ses livres qui fleurissent les bibliothèques depuis pas loin de quarante années déjà.

En allant à Auchan, avec mon paquet de bons provenant de sondages, quelle ne fut pas ma surprise de voir un nouvel opus en rayon.

Bien m’en a pris, car nous étions le 12 mars et il sortait nationalement ce jour-là.

A peine acheté (mais payé 0 €), je l’ai dévoré en une seule fois en environ 3 petites heures. Tellement l’histoire vous tient en haleine de la première à la dernière page.


L’OBJET


La couleur mauve représente une vieille machine à écrire avec le titre en lettre rouge comme papier dedans.

Sorti chez Plon, il comprend 187 pages et se vend aux alentours de 18 €.


L’HISTOIRE


Dire que Ronan Dunand est dans une mauvaise passe semble être un pléonasme : voilà celui qui fut une immense plume nationale voire internationale, obligé de se rendre dans une Salle des Fêtes dans le trou du cul de la France devant assister à une rencontre avec ses lecteurs.

Seulement, le public n’est vraiment pas au rendez-vous et en plus la moyenne d’âge se veut sérieusement élevée.

Quelle déchéance pour cet écrivain reconnu jadis !!!!!

Seulement, peu de gens le savent mais Ronan a un gros souci depuis quelques mois : il souffre du syndrome de la page blanche. Plus la moindre possibilité de coucher une phrase cohérente sur papier, sur feuille.

L’homme souffre dans son Moi intérieur, en compagnie de sa fidèle femme.

Un jour, celle-ci lui annonce que comme cela arrive deux-trois fois dans l’année, qu’elle va se rendre seule en Normandie pour passer quelques jours chez sa mère que Ronan tolère à peine car excessive et franchement casse-C……es !!!!!

Le voilà dans le grand appart, jonglant avec la télécommande et sachant très bien que sa Douce lui a préparé de bons petits plats qu’il suffit de réchauffer. Un coq en pâte !

La tranquillité sera de courte durée : le téléphone se fait entendre par le biais de son agent qui veut le voir tout à l’heure dans un Bar pour lui présenter un immense Producteur (du Style Spielberg) qui veut adapter l’un de ses romans.

Il est obligé de s’y rendre. Tant pis pour le calme, ça sera pour une prochaine fois !!!

En se rendant sur les lieux, il a un choc : il voit au loin une silhouette de dos ressemblant à s’y méprendre à celle de sa femme. Celle-ci semble donner une mystérieuse mallette à un inconnu.

Il décide de la suivre discrètement. Et la route se veut longue, car elle enchaine les échanges de métros, de rues et entre enfin dans un magasin de valises.

Après une attende d’un gros moment à quelques pas, il entre pour savoir ce qu’elle fait. Las, elle a disparue car le vendeur lui montre une autre sortie à l’autre bout de la boutique.

Traumatisé, il rentre chez lui pour faire le point et se prendre une énorme murge. Il aura bien sur essayé de la joindre sur son portable mais en vain. Toujours la messagerie !

Le lendemain, ne tenant plus en place, il prend sur lui de revenir à la fameuse enseigne de voyage. Là, il tombe sur un autre vendeur qui lui explique qu’il n’a jamais vu cette femme et qu’en plus il n’a pas quitté les lieux une seule seconde la veille. Il ne pouvait donc pas y avoir quelqu’un d’autre !!!!

Pour Ronan, il s’agit d’une incompréhension la plus totale. Ce peut-il qu’il ait rêvé cette histoire ?

Surtout que les emmerdes vont se succéder à un train d’enfer et qu’il va rencontrer un foule de personnages tous plus effrayants les uns que les autres.

Et enfin, quel rôle tient sa timide femme dans ce cauchemar et pourquoi ?


MON AVIS


La grande force de ce bouquin c’est qu’il vous emmène dans un trip de Patrick Cauvin. On a le droit à tout avec mille et unes inventions, milles et unes réflexions du maître et une imagination incroyablement fertile et épatante.

Si bien que l’on gobe absolument tout, mais les situations les plus folles !!!!

La trame nous raconte l’histoire de ce pauvre écrivain ayant touché le fond, qui pensait ne plus pouvoir descendre plus bas et qui va connaître n’ayons pas peur des mots chocs « deux trois jours de merde ».

Très drôle, passionnant, inquiétant, et tellement bien écrit !!
Le final nous arrive en pleine gueule, et même si on entrevoit un embryon de solution plusieurs fois, on s’en délecte en refermant ce livre qui sera sans nul doute un succès et je l’espère un très bon film.

Mon cœur s’est déjà réchauffé car parait-il que l’ami Cauvin va déjà nous sortir quelques choses dans les mois à venir. Et dire qu’en 2008, il a sorti 4 livres pour mon plus grand plaisir.

A lire absolument pour passer un excellent moment.

Tag(s) : #Littérature

Partager cet article

Repost 0